Accueil » Actualités

Actualités

  • 30 mars 2008
    Un grand coup de chapeau à chaque ingénieur, chaque enseignant, chaque étudiant. Vous êtes si nombreux à nous avoir aidés !

    Vous êtes venus, vous avez visité, vous avez discuté.

    En fin de matinée, les stands débordaient de visiteurs et les questions fusaient.

    Des posters pédagogiques très complets et très bien faits permettaient de comprendre ce processus nouveau : un étudiant acteur, qui vient chercher l'information complétant ses cours et qui en créee, en analysant son expérience. Moodle, la plate-forme utilisée à Paris Descartes, les EPI, le système de Paris 1 Panthéon-Sorbonne ont pu se faire voir un peu mieux, car  ceux qui ne s'en servent pas entendent souvent des récits épiques sur ces objets qui s'ajustent en fait à ce que l'on veut en faire. 

    Les solutions techniques ont toujours le même pouvoir de fascination : les voir fait franchir un saut, on comprend ce qui est possible. On voit que c'est faisable.

     Dans les amphis, il y a moins de monde. Il est normal qu'on préfère se promener un peu. Mais je crois, j'espère, que ces débats apportent quelque chose de plus : l'intelligence engagée des enseignants et des étudiants, qui ont très bien décrit comment cela se passait, en cours, ce qu'ils pensaient, comment ils graduaient. De belles rencontres pour moi, qui ai pris un grand plaisir à sentir mes collègues présents. Le numérique est devenu une affaire d'enseignants.

    Tous les ingénieurs de nos universités, extrêmement compétents, engagés dans le succès de la retransmission synchrone, étaient venus de la DISI et des composantes, du service intérieur des Saints-Pères, de Paris Descartes et de Paris Diderot et Panthéon-Sorbonne. Informaticiens, ingénieurs pédagogiques, enseignants, chargés de communication, nous nous sommes tous retrouvés, oeuvrant à montrer cette matière numérique, ces cours en ligne, dont on discute souvent sans les voir et sans rien en savoir. Nous étions contents d'être ensemble, contents de montrer à la Région, aux partenaires, ce que nous faisons des technologies et surtout ce que nous allons en faire

    Un grand grand merci à chacun, pour cette fierté professionnelle et cette qualité, cette générosité d'équipe.

    Qui a dit qu'une université ressemblait à un troupeau de chats auquel il faudrait faire traverser une autoroute ? Corps de métier divers, grades et statuts confondus, et bien souvent jeunes contractuels bien devant, nous avançons de concert autour du projet numérique, qui est un signe parmi d'autres des changements que nous vivons et de notre capacité collective à les réussir. 

    Et une gratitude  particulière à l'égard d' Isabelle Jambaqué-Aubourg, chargée de mission "évaluation des enseignements", qui a représenté toute la journée à elle seule le conseil de la présidence de l'université Paris Descartes, alors qu'avant sa récente mission, elle n'avait, je crois, pas eu de raison de rencontrer ces questions  de politique techno pédagogique. J'espère que ce temps donné ne sera pas perdu pour elle et que ce qu'elle aura entendu pourra l'aider un peu. François Paquis, notre secrétaire général,   est venu nous voir également ; notre président, Axel Kahn, s'est joint à nous dans l'après-midi, avant d'être rejoint par messieurs Cousineau et Hénin qui ont conclu les débats tous les trois.

     Et puis merci aussi à l'équipe qui nous a fait exister en 3 D numérique : eh oui, nous étions sur Second Life, en tee shirt Paris Descartes 3 D pour faire la même manifestation entre avatars. Grâce à Sophie Maheo, Alessandro Gogerino, Clothilde Huet, pour le côté Saints-Pères, à Loic Hay et Hugues Aubin, côté Artesi et Metalab 3D, qui , avec plein d'avatars pilotés par des êtres de chair et d'os, ont travaillé des heures pour créer un espace aussi grandiose que les Saints-Pères réels et bien plus poétiques. 



  • 28 mars 2008
    première impression à mi journée

    Picorer les discussions dans les amphis : très mauvaises idée. je ne retiens rien. aller voir l'atelier( ?) blog pour obtenir une initiation à une ballade sur second life. très mauvaise idée: cela ne marche pas. c'est trop compliqué techniquement pour que cela soit rigolo.

     

    Alors essayer de comprendre ce que l'on entend par écologie informationnelle ( table ronde binet)? franchement je deviens réfractaire à ces idées d'écologie mentale ( comment se définit-on en terme identitaire), d'écologie sociale ( et mes réseaux; et mes relations,et mes amis?) décologie environementale ( si j'envoie un mèl: "chérie, on dîne ensemble ce soir" c'est de la pollution informationnelle, j'aurais dû passer par le chat ( sauf que ma chérie elle..) et dans le milieu professionnel ( accrochez-vous) c'est "une grave faute professionnelle". A priori exaspérant.

    En revanche dialogue ( à distance : moi en silence et un membre de la table ronde à haute voix) très raffraichissant avec Anne Françoise Garçon, historienne des techniques, expliquant que "uen bonne innovation cela n'existe pas " et que cela passe par la multiplicité des tentatives et des erreurs, et qu'une bonne innovation après tout cela peut exister par un préalable: le lien avec les pratiques, les habitudes des uns et des autres .

    De même un membre de la table ronde ( edith lecourt?) rencontre l'adhésion quand elle constate qu'elle butine visuellement lorqu'elle lit sur l'écran, qu'il lui faut imprimer le texte pour s'en saisir.

    inquiétude: et si en multipliant les cours sous forme de vidéo et d'audio on ne tuait pas notre aptitude à mémoriser et à apprendre qui passe par la lecture? et si on ne tuait pas ce qui pour nous était formidable: travailler , crayon en main sur un texte?

    voilà j'ai gagné mon repas, n'est-ce pas Sophie?



  • 28 mars 2008
    Témoignez, bloguez, venez, racontez votre journée numérique

    Que vous soyez présents au Centre universitaire des Saints-Pères, à distance en suivant le direct ou dans second life, vous êtes invités à raconter votre journée dans votre blog personnel (merci d'utilisez le mots-clé jnum08) ou à contribuer à celui de la journée numérique.

    Appropriez-vous les débats : en quoi ces technologies de l'information et de la communication transforme vos vies d'apprenant ou d'enseignant, quels gages de réussite pour vous, quels liens vers vos réseaux métier à l'extérieur cela dessine t il ?

    Un lancement officiellement des Vendredis du réseau qui réunissent le vendredi midi les blogueurs du Réseau Paris Descartes. Des cafés des blogueurs que nous souhaitons rendre hebdomadaire pour accueillir les utilisateurs, écouter leurs besoins et usages et en inventer d'autres avec eux, construire ensemble des scénarios pédagogiques, développer des communautés thématiques, tisser des réseaux métier en accueillant pourquoi pas des blogueurs professionnels extérieurs et valoriser les compétences de chacun, développer et nourrir une identité numérique professionnelle.

    Le carré des blogueurs situés en face de l'amphi Binet vous attend (wifi à volonté et quelques ordinateurs disponibles), le stand Réseau Paris Descartes organise un point profil-identité numérique conseils, n'hésitez pas à passer ;-)



  • 27 mars 2008
    La journée numérique Apprendre et réussir aura bien lieu !

     Journée numérique Appprendre et RéussirUne bonne partie de la nuit des équipes des services de communication, des services techniques et intérieurs, de la DISI (relayés par les correspondants informatiques) et la cellule TICE, sur le sentier  de guerre depuis des mois, ont oeuvré pour cette journée Apprendre et réussir. Une façon de travailler en mode projet extrêmement motivante qui nous amène chacun aux frontières de notre métier rejoindre les compétences de l'autre pour être ensemble le plus efficace possible.

    De l'autre côté des écrans, des avatars du Métalab3 D pour les CyberTerritoires, de la Bibliothèque francophone de second life et d'ailleurs inworld se sont mobilisés très rapidement pour organiser la diffusion en livre de toutes les tables rondes et conférences techniques, merci à eux également ;-)

    C'est journée est donc la vôtre, vous pouvez assister aux conférences techniques, participer aux tables rondes, découvrir les stands de démontrastions, bloguer sur le Réseau Paris Descartes (pour les membres de l'université) et commenter (tout le monde).



  • 27 mars 2008
    La journée numérique Apprendre et Réussir en direct depuis Paris, Second life et jnum08.parisdescartes.fr

    Pour ceux qui ne peuvent se déplacer au Centre universitaires des Saints-Pères où se déroulera demain la journée Apprendre et réussir, double diffusion vidéo en direct des tables rondes et conférences techniques :

     

    • ile du Métalab 3Dsur l'île du MétaLab 3D depuis second life (cliquez sur l'image pour accéder à l'île du Métalab)

    Deux avatars vous accueilleront : Raymonde Lowey et Alexandro Tobias, alias Clothilde Huet étudiante à l' ENSCI et Alessandro Cogerino étudiant en Magistère des Sciences Sociales à Paris Descartes.

     

    Dans le cadre de son mémoire Alessandro a réalisé une enquête qualitative sur second life, il a ainsi interviewé une douzaine de personnes venues des îles francophones sliennes en cherchant à reproduire les conditions d'une enquête réelle. Il a également réalisé pour les visiteurs de demain un pack de bienvenue comprenant T-shirt et carte de visite.

     

    Bien sûr vous pourrez retrouver tous les enregistrements et aussi les reportages réalisés pendant la journée numérique en différé depuis la médiathèque de l'Université Paris Descartes



  • 19 mars 2008
    formats ouverts, éducation, tic

    Tristan Nitot, de Mozilla Europe, Elie Sloïm, de Temesis, Thierry Stoehr, de l'AFUL, tous trois intéressés par la relation entre formats ouverts,  TIC et éducation, nous font l'honneur de participer à notre journée numérique et l'annoncent par un article sur leurs blogs.

     



  • 19 mars 2008
    Devoirs à vendre...

     

    Le test d'un logiciel anti-plagiat est en cours à l'université Paris Descartes. C'est un premier outil de sensibilisation et de communication nécessaire pour les enseignants. Mais cela ne résoudra pas tous les problèmes issus de la profusion des sources. A terme, cela remettra-t-il en cause nos systèmes de validation, par des "devoirs" répondant à des "sujets", tout le contrôle continu est-il ébranlé par cela ? Comment alors évoluer et s'adapter au travail à distance, si une industrie de la fraude se met en ordre de bataille pour occuper ce marché et ...satisfaire les familles ?

     

    Les universités anglaises face à la triche

    De 120 livres à plus de 3 000 : les entreprises de vente de devoirs
    anglaises ajustent leur prix en fonction de la taille du devoir. Selon BBC
    News, les universités sont particulièrement inquiètes de l'importance de la
    triche et de ses nouvelles formes. Les étudiants peuvent acheter des devoirs
    originaux,indétectables avec les  logiciels de contrôle. Ukessays, une
    entreprise de vente de devoirs, revendique 6 000 clients.

    (Le café pédagogique)

    Article BBC News
    http://news.bbc.co.uk/2/hi/uk_news/education/7302641.stm



  • 14 mars 2008
    S'il te plait, dessine la journée numérique avec moi, étendons ensemble l'université demain

    Apprendre et réussir le 28 mars 2008, une journée pour construire ensemble, de véritables assises de l'innovation pédagogique auxquelles chacun est invité à participer, particulièrement les étudiants.

    Benjamin Brossier, artiste développeur mutimédia ingénieur à la cellule TICe, a posé les jalons virtuels d'une construction commune à laquelle chacun tous les jours peut apporter sa brique de savoir et de compétences en travaillant, échangeant, confrontant notamment par le biais des environnements numériques de travail. Une projection de la journée numérique en 3D en forme d'allégorie que je vous laisse découvrir et apprécier, une université ouverte hors les murs tout au long de notre vie.

    <script type="text/javascript" src="http://blogs.univ-paris5.fr/ufo.js"></script>

    Il vous faut le Flash Player pour voir cette video
    <script type="text/javascript"> var FO = { movie:"http://blogs.univ-paris5.fr/flvplayer.swf",width:"450",height:"350",majorversion:"7",build:"0",bgcolor:"#FFFFFF",allowfullscreen:"true",flashvars:"file=http://mediatheque.parisdescartes.fr/doc/racine/b/brossier/36677398Plan_JNUM08.flv" }; UFO.create( FO, "player1"); </script>

     

    Une réalisation à l'aide de SketchUp, un outil de google qui sera d'ailleurs un des partenaires de la journée numérique 2008...

     

     



  • 3 mars 2008
    Table ronde 2 - Réussir, l'université étendue


    Campus fragmenté, horaires difficiles, … L’environnement numérique de l’étudiant est le meilleur moyen de lui donner accès à un "hors les murs" de l'université, tout en l'entraînant vers le meilleur de  l'esprit universitaire : des collectifs engagés dans des questionnements, une responsabilité sur son parcours, ses savoirs,  ses discours, une vision internationale des questions de profession et de recherche.
    L’université étendue, c’est le savoir augmenté : une université toujours ouverte, disponible 24 heures sur 24. L’étudiant y puise des cours, mais aussi des contacts, de bonnes pratiques issues de différentes cultures, un réseau international. Gérard Lévy aide ainsi ses étudiants à s'orienter dans une communauté scientifique européenne qui a des points forts bien différenciés. Vincent Rogard montre un « vrai » campus européen, purement virtuel, qui accompagne les migrations physiques des étudiants. Alain Seigneur, lui, utilise le virtuel pour dégraisser ses cours. Les étudiants ne profitent pas bien des cours ? On en fera moins, mais on fera autre chose, autrement, et le "en ligne" aide à la professionnalisation et à la socialisation. Alexandra Benachi, grâce aux cours enregistrés, a réussi à constituer un ensemble de haute qualité scientifique en médecine fœtale et à animer une communauté internationale de praticiens.
    Alexandra Benachi (Université Paris Descartes), Gérard Lévy (Université Paris Descartes, Vincent Rogard (Université Paris Descartes, Alain Seigneur (Université Paris Descartes).


  • 3 mars 2008
    Table ronde 5, notre responsabilité numérique : les formats ouverts et la pérennité des données

    le site a-brest annonce dans sa dernière lettre une conférence de Thierry Stoehr, un des intervenants de la journée numérique : il fera le 22 mars une conférence sur les formats ouverts (Parinux, EPN du 7ème 105 avenue de La Bourdonnais, 75007 Paris, métro École militaire) : "il s’agit pour nos institutions de garder la main sur des données qui peuvent ou doivent être conservées très longtemps (problèmes et solutions pour les archives numériques) ; Etre informé sur les risques à utiliser des formats fermés ( on ne dispose pas, légalement, des sources) est de première importance, et l’on ne s’en aperçoit, que lorsque on ne peut plus utiliser un matériel précis pour écouter un morceau de musique ou lire un fichier informatique enregistré sur une disquette dont on n’a plus le lecteur, par exemple."

     



  • 27 février 2008
    Apprendre - Table ronde 1


    Profil numérique : la présentation de soi

    2000 étudiants ont déjà rempli leur profil numérique sur notre réseau social. En affichant leur photo, leur parcours, leurs centres d’intérêt, leurs sources d’information, ils acceptent d’informer leurs relations de ce qu’ils veulent sembler, croient paraître, font, croient, observent, vivent. 

    Portfolios : la mise en mots de l'expérience

    400 internes en médecine générale, tous, rendent compte de leur expérience clinique via des portfolios sur ce même réseau social.
    De beaux textes qui montrent un diagnostic à l’œuvre ; les hésitations intellectuelles qui l’accompagnent, les appréciations intuitives, les affects suggérés par la souffrance évidente et  les ambiguïtés sémiologiques. Textes professionnels, ils se contraignent à la publication restreinte que demande l’éthique médicale.

    Les documents vidéos sur baladeur

    300 étudiants de 3ème année de médecine ont chaque jour  tous leurs cours enregistrés en vidéo. 100 les téléchargent quotidiennement.
    Présentation numérique de soi, mise en mots de l’expérience, travail personnel à base d’enregistrement de cours… Quoi de commun entre trois manifestations différentes de l’  « être étudiant », aujourd’hui ?

    Personnalité des étudiants
    Une position subjective plus accusée, sans doute, un usage du document plus actif, également.
    Un étudiant qui a des « plus » et pas des « moins » : davantage là, visible, exposé, impliqué. Un étudiant qui s’abonne à des flux rss, trie, lit, conseille, apprend sur son futur métier autant par lui-même et par le réseau de ses pairs et de  ses maîtres que par le temps des cours.
    Un étudiant, qui, au sein d’un « espace social documentarisé » (Jean-Michel Salaün), aménage une écologie cognitive qui convient aux modes  de vie compliqués et aux compétences que l’on attend de lui. C’est pour parler de ces façons de faire que nous avons invité Matthieu Piccoli, Lucas Leszczinski et Mathieu van Dessel.

    Des lauréats questionneurs qui vont chercher l'information sans relâche
    Ce n’est pas par hasard que Daniel Pagonis vient également. A Grenoble, avec la fin des cours magistraux et leur remplacement par des cours enregistrés et du tutorat, on a vu apparaître deux facteurs de succès au concours de la première année. Les lauréats ont en commun une participation à toutes les séances de tutorat et le nombre important de questions posées sur les forums.



  • 21 février 2008
    Test d'un logiciel anti-plagiat à l'université Paris Descartes


    Nos étudiants utilisent de très nombreuses ressources issues d'Internet. De valeur et de statut divers, ces ressources exposent au  plagiat. Ce risque perturbe nos évaluations, et nous retient parfois d'aller plus loin dans le recours aux documents numériques. Mais nous manquons souvent de signes objectifs pour prévenir, dissuader ou sévir.  Il existe désormais des logiciels, déjà acquis par de nombreuses universités, qui soumettent les documents numériques à une vérification d'authenticité. En cas de plagiat, les sources sont données, et l'enseignant peut ainsi agir sereinement.
    Il nous faut faire comprendre aux étudiants que ces plagiats sont des fraudes aussi graves qu'une fraude en salle d'examen. Pour cela, équiper l'université d'un logiciel de détection est un premier pas.  Il aidera à des vérifications rapides.
    Le  thème du plagiat et de la façon de l'éviter sera débattu lors de la journée numérique <http://jnum08.univ-paris5.fr>apprendre et réussir (Table ronde Notre responsabilité numérique) et nous espérons vous y retrouver, avec vos étudiants.

    Une évaluation du logiciel Compilatio est en cours à l'université, si vous êtes enseignant et que voulez y participer contactez-moi.
    Informations complémentaires :
    http://blogs.univ-paris5.fr/tice/weblog/1754.html   <http://blogs.univ-paris5.fr/tice/weblog/1754.html>

    Les résultats d'une enquête : la fraude dans l'enseignement supérieur : http://www.compilatio.net/enquete.php

    Inscrivez-vous à la Journée du Numérique 2008
    http://jnum08.parisdescartes.fr/

  • 21 février 2008
    L'innovation ne se fera pas sans eux : les étudiants au centre de la Journée numérique

    Les 80 étudiants de la MIAGE de l'université Paris Descartes s'inscrivent  à la journée numérique apprendre et réussir.
    Jean-Gabriel Brisacier, Alain Seigneur et moi-même animerons une séance de préparation, pour que les étudiants s'approprient les thèmes et les grandes questions (apprentissage et numérique, choix technologiques et évolution des universités, bonne gestion de notre patrimoine numérique et protection de nos identités numériques, veille technologique et innovation pédagogique).
    Chaque table ronde est divisée en trois tiers : exposé synthétique de chaque intervenant, débat entre les intervenants, questions de la salle. Les étudiants, qui auront préparé ainsi, seront les premiers acteurs du débat venu de la salle.
    Si des enseignants souhaitent faire participer leurs étudiants  de PCU à cette préparation, contactez-moi. Je suis prête à vous aider à les sensibiliser.
    La semaine prochaine , l'équipe TICE de Paris Descartes viendra dans chaque composante distribuer des affiches et des plaquettes, expliquer le programme aux étudiants, les inscrire et leur proposer un rôle actif.




  • 19 février 2008
    Ignorons-nous, vraiment, le Web ? Mais non, pas tout à fait, quand même, Henri...

    Dans le Mensuel de l'université de février 2008, trois articles (au moins) peuvent enrichir nos discussions "apprendre et réussir" :

     

    L’entretien du mois / Henri Isaac

    « L’Université continue à raisonner comme si le web n’était pas là »

    Henri isaac revient sur certains points de son rapport. Il analyse les réticences des enseignants face au podcast pédagogique. Il a la gentillesse de saluer, parmi d'autres, l'équipe TICE de Paris Descartes. Mais l'ensemble de ses propos est relativement pessimiste. Le travail TICE est éternellement recommencé, posé comme un à côté des vrais jobs pédagogiques, le dur, le lourd des cours. L'université, si elle n'ignore pas le Web, traite le numérique comme "un dossier" parmi d'autres au lieu d'en faire le socle technique et social de ses évolutions. Eh oui, c'est un dur quotidien pour les tice. Nous rêvons qu'on nous parle d'innovation pédagogique. Mais on nous demande seulement si on n'a pas une  souris sans fil dans le placard...


    Parole de président(e)s ! / Axel Kahn

    Axel Kahn : "être président d’université, une aventure nouvelle"

    Axel Kahn explique ses projets et ses premiers sentiments de président. Bien sûr ii exprime son intention de développer la recherche, mais au-delà développe le lien particulier qu'il entretient avec l'ensemble des domaines de formation de notre université. Il revient également sur ses intentions de lutte contre l'échec des étudiants : compléments de formation, maîtrise des langues, aptitudes à la communication en réseau (Un sourire Kiss pour nos petits blogs ?) Il expose également son projet pour l'évaluation.



    Les universités SONT des réseaux sociaux !
    Sophie Pene, Professeur à Paris Descartes, membre du conseil de la présidence



    Et puis, moi-même, j'ai réagi à un article publié dans le numéro de janvier  de ce même mensuel. Cet article présentait Facebook ou les différents réseaux numériques comme une sorte de modèle pour les universités. J'ai souhaité renverser le point de vue  en affirmant la prééminence du réseau "naturel" des étudiants, sur les réseaux artificiels. Avec le réseau Paris Descartes, nous souhaitons à la fois expérimenter un réseau interne auto organisé et éduquer les étudiants à une responsabilité numérique. Cela consiste à maîtriser sa présence sur le web, à construire un portfolio valorisable, à entrer dans une communauté de pratique et d'apprentissage  comme un acteur de plein droit.



  • 17 février 2008
    création pédagogique numérique : stratégie de notoriété ou stratégie de réussite des étudiants locaux ?

    Les enseignants français peinent à donner l'accès ouvert à certains de leurs cours, même si chaque université est à même de comprendre l'enjeu de notoriété d'un patrimoine numérique pédagogique ouvert et visible.  Ce dernier devient, va devenir, un élément d'attractivité régionale et internationale de nos établissements. Alors que la réflexion stratégique est bien en place, la réalisation ne parvient pas à dépasser le statut d'innovation ou d'expérimentation.  La réforme des universités va-t-elle donner un retard supplémentaire à l'open access pédagogique, tant les sujets de mobilisation sont nombreux et complexes ? 

    Sur quel support diffuser ces cours ? Actuellement l'université Paris Descartes utilise une médiathèque développée en SPIP par les ingénieurs de notre cellule TICE. Demain, bientôt, serons-nous sur les rangs pour faire partie des quelques universités françaises retenues par Apple pour entrer dans le programme Itunes U ? Ce potentiel de diffusion hors du commun menace-t-il notre autonomie, la pérennité et la propriété de nos contenus ? Les droits d'auteur des enseignants ? Ou au contraire nous assure-t-il, indépendamment du véhicule de diffusion choisie, une chance exceptionnelle de donner aux cours des universitaires français une longue vie, un riche public, un auditoire pour des communautés pédagogiques à distance ?

    La diffusion pédagogique, c'est un accès, progressif et mesuré à la compréhension des résultats scientifiques, une vulgarisation dans son sens noble de médiation et de partage. La mise en valeur de nos créations pédagogiques pourrait-elle réparer les blessures issues des classements internationaux ? Ceux-ci continuent leurs dégâts psychologiques sur "l'image de soi"  des universités françaises. Certains pensent que pédagogie et recherche n'ont que peu à voir : ce seraient deux dossiers bien différents. L'effort mis sur la valorisation de la recherche risque d'amplifier le désintérêt pour la création pédagogique numérique. Dans le territoire numérique, les deux univers de la recherche et de sa diffusion sont poreux. La création pédagogique est une des interfaces qui améliorera la culture scientifique de nos publics. Nos bases de documents scientifiques, les archives ouvertes Hal, et nos bases pédagogiques, pour le moment la médiathèque et Moodle, demain quelque autre support complémentaire ou exclusif, Itunes U peut-être ont un destin solidaire. Le numérique est-il un dossier parmi d'autres ? Est-il le dossier socie qui permet de saisir transversalement la qualité pédagogique, l'évolution de l'offre de formation, les stratégies concurrentielles des universités ? Le plan Réussite en licence va-t-il positionner le tutorat on line et les réseaux sociaux pédagogiques comme des  solutions intéressantes ou les remettre à plus tard, quand les feux seront éteints ?

    Comment élargir le débat, avec le plus grand nombre d'enseignants possible ? Venez explorer l'état de la question lors des débats de la journée numérique Apprendre et réussir. Le seul moyen de clarifier les enjaux et de choisir un chemin, c'est de parler avec les acteurs réels, les étudiants et les enseignants qui pratiquent au quotidien une pédagogie "médiée" par le numérique.

     



  • 17 février 2008
    Apprentissage nomade, vers la diffusion publique de certains cours de Paris Centre Universités.

    Harvard University depuis longtemps publie le plus grand nombre possible de cours en accès ouvert. Selon un raisonnement simple : j'inonde le monde de mes dons, j'investis ma notoriété dans cette diffusion, et ma réputation croît, au point que je suis constitué en une référence mondiale,  pour les sources pédagogiques de qualité.  Lancé en 2007 par Apple, ITunes U repose sur cette économie don-contre don. C'est une bibliothèque de cours  qui diffuse des enregistrements ( cours magistraux, cours de langues, démonstrations en labo, événements sportifs et visites de campus), réalisés par de grandes universités américaines, dont Stanford, Berkeley, Duke University et le MIT : 

    "iTunes U permet à chacun d'accéder facilement à d'extraordinaires supports pédagogiques élaborés par un grand nombre d'universités parmi les plus respectées du pays, déclare Eddy Cue, vice président d’iTunes chez Apple. L'apprentissage est un processus qui dure tout au long de la vie et nous sommes heureux d'offrir à chacun la possibilité de télécharger gratuitement des cours magistraux, des conférences et d'autres contenus pédagogiques."

    C'est dans cet esprit de partage des contenus pédagogiques universitaires que le Conseil régional d'ïle-de-France a aidé PCU (Paris Centre Université, Paris 1, 5, 7) en finançant une part de leur programme Apprentissage nomade. Une médiathèque commune sera présentée lors de la journée numérique Apprendre et Réussir. Elle réunit en accès ouvert des cours ou des colloques qui peuvent intéresser des publics très divers. Un an après le vote du soutien de ce programme, où en sommes-nous ? Nous présenterons les résultats, les obstacles et les perspectives, le 28 mars. Les enseignants français peinent à donner l'accès ouvert à certains de leurs cours, même si chaque université est à même de comprendre l'enjeu de notoriété d'un patrimoine numérique pédagogique ouvert et visible.  Ce dernier devient, va devenir, un élément d'attractivité régionale et internationale de nos établissements. Alors que la réflexion stratégique est bien en place, la réalisation ne parvient pas à dépasser le statut d'innovation ou d'expérimentation.  La réforme des universités va-t-elle donner un retard suppléméntaire à l'open access pédagogique, tant les sujets de mobilisation sont nombreux et complexes ? 

    Sur quel support diffuser ces cours ? Actuellement l'université Paris Descartes utilise une médiathèque développée en SPIP par les ingénieurs de notre cellule TICE. Demain, bientôt, serons-nous sur les rangs pour faire partie des quelques universités françaises retenues par Apple pour entrer dans le programme Itunes U ?  Ce potentiel de diffusion hors du commun menace-t-il notre autonomie, la pérennité et la propriété de nos contenus ? Ou au contraire nous assure-t-il, indépendamment du véhicule de diffusion choisie, une chance exceptionnelle de donner aux cours des universitaires français une longue vie, un riche public, un auditoire pour des communautés pédagogiques à distance ? La diffusion pédagogique, c'est un accès, progressif et mesuré à la compréhension des résultats scientifiques, une vulgarisation dans son sens noble de médiation et de partage. La mise en valeur de nos créations pédagogiques pourrait-elle réparer les blessures issues des classements internationaux ? Ceux-ci continuent leurs dégâts psychologiques sur "l'image de soi"  des universités françaises. Certains pensent que pédagogie et recherche n'ont que peu à voir : ce seraient deux dossiers bien différents. L'effort mis sur la valorisation de la recherche risque d'amplifier le désintérêt pour la création pédagogique numérique. Dans le territoire numérique, les deux univers de la recherche et de sa diffusion sont poreux. La création pédagogique est pourtant une des interfaces qui améliorera la culture scientifique de nos publics. Nos bases de documents scientifiques, les archives ouvertes Hal, et nos bases pédagogiques, pour le moment la médiathèque et Moodle, demain quelque autre support complémentaire ou exclusif, Itunes U peut-être ont un destin solidaire. Comment élargier le débat public sur ces questions, avec le plus grand nombre d'enseignants possible ? Venez explorer l'état de la question lors des débats de la journée numérique Apprendre et réussir.

    a systématiséoursuivi aux Etats-Unis par Stanford,. Alors que le classement de Shanghai fait trembler toutes universités françaises,



  • 1er février 2008
    Les partenaires Gold de la journée

    Apple, Google et Sony deviennent partenaires GOLD de Paris Centre Universités pour la journée numérique 2008.

    Ils disposeront d'un espace pour montrer leurs savoir-faire et leurs produits. Ils seront également présents dans des conférences ou tables rondes. Ils nous aideront également à faire en sorte que cette journée soit la plus réussie possible.

     

     



  • 31 janvier 2008
    Bande annonce de la Journée Numérique

    La bande annonce de la Journée Numérique est en ligne sur Internet:

     

    <script type="text/javascript" src="http://blogs.univ-paris5.fr/ufo.js"></script>

    Il vous faut le Flash Player pour voir cette video
    <script type="text/javascript"> var FO = { movie:"http://blogs.univ-paris5.fr/flvplayer.swf",width:"450",height:"350",majorversion:"7",build:"0",bgcolor:"#FFFFFF",allowfullscreen:"true",flashvars:"file=http://mediatheque.parisdescartes.fr/doc/racine/f/flandinf/5995886teaser_08_prog_small.flv" }; UFO.create( FO, "player1"); </script>

     

    Elle est également visible sur le site officiel de la JNUM08 : jnum08.parisdescartes.fr ou en suivant les liens ci-dessous :

    Un groupe public a aussi été créé sur FlickR : http://www.flickr.com/groups/680739@N22/

     

    Si d'autres sites vous semblent pertinents, n'hésitez pas à nous en parler : jnum08@univ-paris5.fr



  • 27 janvier 2008
    Vos témoignages....une voie pour dessiner des systèmes pédagogiques qui vous aident.

     Vous êtes utilisateurs des blogs, de la médiathèque, des signets....

    La journée numérique " Apprendre Réussir" a besoin de vous.


    Quand vous avez des ressources numériques, offertes par vos enseignants, travaillez-vous plus, moins, autrement, à d'autres moments ?

     Les cours enregistrés vous facilitent la vie ? Lire les blogs vous intéresse ? Ecrire des articles à propos de vos stages vous change la vie ? 

    Venez le dire, venez l'expliquer aux enseignants, venez dessiner avec nous les sytèmes dont vous avez besoin pour réussir.  

    contactez-nous : jnum08-cp@univ-paris5.fr



  • 19 janvier 2008
    Paris Centre Universités (PCU) Journée numérique "Apprendre et réussir", le 28 mars 2008


     L'accueil numérique d'une université ouverte

    Les TIC dans le contexte de la loi LRU : qualité de l'enseignement, qualité de l'insertion, 

    éducation citoyenne à la société de l'information

     

    Programme prévisionnel :

    9h30-17h (
    Amphithéâtre Binet)
    Tables rondes : L'université au coeur de la vie de l'étudiant  (Apprendre. Vivre. Réussir), les enseignants dans l'université ouverte (La fin d'un métier ? Vers une écologie de la connaissance. Notre responsabilité numérique)

    9h30-17h (
    Amphithéâtre Delmas)
    Conférences techniques : l'état de l'art  TIC , les réseaux sociaux universitaires, les questions de gouvernance associées aux choix technologiques des universités

    17h00
    Remise des prix des concours étudiants

    17h30
    Cocktail

    ---------------
    Paris Centre Universités (PCU), regroupement de Paris 1, 5 et 7, organise le 28 mars une journée numérique "Apprendre et réussir", réédition d'une journée 2007 dont l'archive est disponible : http://jnum07.parisdescartes.fr/ ).


    Les objectifs sont les suivants :
    - Montrer l'efficacité des ressources en ligne pour motiver les étudiants, modifier leurs façons d'apprendre et favoriser leur réussite ; donner la parole aux étudiants, qui témoigneront des pratiques réelles d'utilisation des vidéos pédagogiques.
    - Réunir les enseignants, les étudiants autour de questions communes qui les impliquent dans la construction de leur futur (dans le contexte de la loi LRU)
    - Associer décideurs, administratifs, partenaires industriels pour partager une vue élargie des TIC : instrumentation de la pédagogie, éducation citoyenne, compétences sociales et professionnelles dans la société de l'information, rapprochement entre territoire numérique et territoire réel.

    Toutes les manifestations (tables rondes 1." L'université, coeur de la vie de l'étudiant", 2.Enseigner dans l'Université ouverte", conférences techniques) sont diffusées en synchrone et en asychrone et seront utilisables depuis notre médiathèque (http://mediatheque.parisdescartes.fr). Un carré de blogueurs publiera tout au long de la journée sur notre réseau social étudiant " http://blogs.univ-paris5.fr "






  • Accueil     |     Contactez-nous     |     Plan du site     |     Mentions légales et techniques     |     Site de la Journée Numérique 2007
    2008 - La Journée Numérique de Paris Centre Universités.
    Réalisation : Cellule TICE de l'université Paris Descartes à l'aide de l'outil de publication SPIP.