Daniel Pagonis


Expérience :

- Responsable du projet « Réforme pédagogique de la première année de médecine », Faculté de médecine de Grenoble 2006-2008.

- Responsable du « Certificat Informatique et Internet Niveau 2 Métiers de la Santé », Ministère de l’éducation et de la recherche 2005-2008

- Membre du Comité de Pilotage de l’UMVF, GIP UMVF 2002-2008

Diplômes :
- Thèse de Sciences « Construire un Système d’Information Hospitalier Intégré » 1994
- DESS Informatique Université Grenoble II 1989
- Praticien Hospitalier en Anesthésie Réanimation 1988

Liens :
- www.canalu.fr
- Taper dans le moteur de recherche IPM 2007

Message de l’intervention :

« Dans une situation d’apprentissage médiatique, la qualité de l’apprentissage dépend au moins autant de la motivation des étudiants à apprendre avec le média utilisé que ce média lui-même »

« Il faut donc impliquer l’étudiant dans la construction du savoir »

Conséquences d’années d’enseignement sans nouveautés ni améliorations, l’aspect pédagogique ainsi que la prise en charge des étudiants de première année de médecine, se sont dégradées au fil des années.

L’acquisition et le transfert des connaissances restent extrêmement archaïques d’un point de vue pédagogique. L’apprenant reste majoritairement passif. La réciprocité enseignant / enseigné a quasiment disparue. L’étudiant reste isolé face à une demande de travail titanesque qu’il ne peut pas toujours gérer sans cadrage, ce qui peut engendrer des conséquences néfastes sur sa capacité à générer une dynamique d’apprentissage future lors de sa poursuite d’études.

La nouvelle pédagogie mise en place à la faculté de médecine de Grenoble se doit de résoudre au mieux toutes les lacunes du système d’enseignement actuel.

Loin de constituer une révolution pédagogique déconnectant l’étudiant de l’environnement de la Faculté et de la présence des enseignants, ce projet se veut au contraire un renforcement de la qualité de l’enseignement présentiel. L’enseignement présentiel redevient dévolu exclusivement aux activités explicatives, au contrôle de la compréhension et aux possibilités de restitution des connaissances.

Il est espéré ainsi que l’étudiant muni d’un bagage de connaissances adaptées, mieux ancrées car mieux comprises et mieux contextualisées et d’une méthode d’apprentissage reposant en partie sur l’autonomie et l’interactivité, pourra, quelle que soit l’issue du concours, être à même de continuer dans de meilleures conditions ses études supérieures.