Dany Ralantonisainana


Dany Ralantonisainana, de nationalité française, est né le 22 décembre 1984, à Tananarive (MADAGASCAR). Sa scolarité se poursuit sur l’île de Mayotte et de la Réunion, avant son départ pour la métropole en 2003 pour passer son baccalauréat et continuer ses études dans l’enseignement supérieur. Il intègre l’université Paris Descartes en 2004, et rentre en PCEM1. Après un échec, il intègre la licence de Sciences du Vivant de l’UFR Biomedicale, avant de suivre cette année un Master de Biologie Cellulaire Physio Pathologie. Membre du Bureau de l’association Amicale Paris Sciences en tant que secrétaire général depuis 2006, il est aussi Elu étudiant au Conseil administration de l’université Paris Descartes la même année et puis il prend la présidence de l’Amicale Paris Sciences en 2007.

Suite à la réforme d’Aout 2007 sur la LRU, il est à nouveau candidat pour les élections étudiantes en tant qu’Elu étudiant Titulaire au Conseil de l’Université Paris Descartes sur la "liste des étudiants associatifs et indépendants". En Janvier 2008, il se présente avec Oliver Sigman à la Vice Présidence Etudiante de l’Université Paris Descartes.


Apprendre - travailler moins ou travailler plus ? Appendre en suivant un cours enregistré, est-ce une façon efficace de travailler ? Est-ce au contraire la voie de la démission ?

En matière de Blog, je pense qu’il est important de cerner l’importance des enjeux socio-économiques de ces nouveaux réseaux. On pourra remarquer que de plus en plus les écoles de commerce prennent en compte les enjeux de ces réseaux et leur importance car ils permettent maintenant de sélectionner les étudiants dans les concours. Pour ma part j’utilise énormément les blogs et ceci pour diverses raisons :
- Présentation & Information de mes activités
- Curriculum Vitae
- Réseau Social
- Visibilité Individuel Les blogs tenus par les autres et par moi-même sont d’immenses sources d’informations.

Concernant les documents Vidéos sur Baladeur, j’en ai fait très peu l’expérience. "Un jour le professeur de Neurologie de Paris 6 nous annonce qu’il va filmer son cours et qu’il va le mettre à disposition en ligne. Mais triste déception, je n’ai jamais vu la couleur de ce cours nulle part." En ma qualité de VPE, j’ai pu toutefois apprécier ce qui se faisait ailleurs aussi bien en Province qu’à Paris. De plus en plus, les services TICE développent des stratégies afin de développer ses différents services pour les étudiants. Nous avons d’ailleurs des exemples tel Grenoble.


Personnalité des étudiants

- Utilisation de réseau d’étudiants par le biais d’une mailing list qui permet un contact permanent entre tous les étudiants de ma filière. Par le biais de cette ML, des cours, des diapos, des notes de cours, des questions, des demandes circulent tous les jours.
- Utilisation permanent des flux rss afin de me tenir au courant des informations actuelles tant en matière d’éducation, d’enseignement mais aussi de la vie associative et étudiante de l’Université Paris Descartes...


Mon opinion sur la question et les changements à effectuer :

Je pense qu’il est essentiel que la question du développement numérique au sein des établissements publics françaises batte son plein. Le système de l’enseignement supérieur en France est différent de ceux à l’étranger, il est donc normal que les conséquences du développement numérique soient différentes sans pour autant mettre de coté les résultats obtenus chez nos voisins. Faut-il avoir peur des amphis vides ? Cette question est assez redondante à l’heure actuelle. Pour ma part cela se traduit par un conservatisme du pouvoir de l’enseignant sur l’étudiant. Il a été montré dans d’autres pays que le système des cours filmés avait permis une vie étudiante plus active. L’enseignant n’a jamais été mis de côté et cela a permis de voir un enseignement à deux vitesses qui répondait aux attentes de tous les étudiants et l’enseignant devient un acteur privilégié dans les échanges avec les étudiants. (note : exemple à Grenoble avec des cours en ligne, les tutorats sont très prisés chez les étudiants) Avant toute chose, l’enseignement est pour les étudiants. A partir du moment où les enseignants s’attardent sur les gains ou les pertes qu’ils feraient sur ces changements. Il s’agit d’un mauvais débat. Nous le voyons tous à l’heure actuelle, les étudiants de Grandes Ecoles pérennisent leurs établissements. Les Universités Anglo-saxons sont reconnus par leurs anciens étudiants pour la qualité de leur enseignement mais aussi pour le réseau mis en place. A l’Université Paris Descartes, le président de l’Université mais aussi les responsable associatif souhaite développer un réseau d’anciens étudiants au sein des filières. Alors pourquoi ne pas donner à nos étudiants une formation de premier choix ? Les étudiants n’en seront que plus redevable envers l’Université. L’Université Française devient un lieu de réflexion et de passage vers le milieu professionnel.

En conclusion, il faudrait tout simplement une volonté tant politique à long terme que professorale si l’on souhaite voir des changements concrets au sein des universités françaises. Car vous savez tous ce que les étudiants veulent ....